En cette fin de janvier, nous avons exploré « la nuit »

 » J’aime la nuit avec passion. Je l’aime comme on aime son pays ou sa maîtresse, d’un amour instinctif, profond, invincible. 
Je l’aime avec tous mes sens, avec mes yeux qui la voient, avec mon odorat qui la respire, avec mes oreilles qui en écoutent le silence, avec toute ma chair que les ténèbres caressent. 
Le jour me fatigue et m’ennuie. Il est brutal et bruyant. « 

Trinh Xuan Thuan in  « Une nuit« 

 

Françoise a lu son texte intitulé « Bain de minuit »

 

 

 

Annie a lu des extraits du livre d’Éric-Emmanuel Schmidt « La nuit de feu« 

Résumé:
« Je suis né deux fois, une fois à Lyon en 1960, une fois dans le Sahara en 1989.»
Une nuit peut changer une vie.
À vingt-huit ans, Éric-Emmanuel Schmitt entreprend une randonnée à pied dans le Sahara en 1989. Parti athée, il en reviendra croyant, dix jours plus tard.
Loin de ses repères, il découvre une vie réduite à la simplicité, noue des liens avec les Touareg. Mais il va se perdre dans les immenses étendues du Hoggar pendant une trentaine d’heures, sans rien à boire ou à manger, ignorant où il est et si on le retrouvera. Cette nuit-là, sous les étoiles si proches, alors qu’il s’attend à frissonner d’angoisse, une force immense fond sur lui, le rassure, l’éclaire et le conseille.
Cette nuit de feu -ainsi que Pascal nommait sa nuit mystique- va le changer à jamais. Qu’est-il arrivé ? Qu’a-t-il entendu ? Que faire d’une irruption aussi brutale et surprenante quand on est un philosophe formé à l’agnosticisme ?
Dans ce livre où l’aventure se double d’un immense voyage intérieur, Éric-Emmanuel Schmitt nous dévoile pour la première fois son intimité spirituelle et sentimentale, montrant comment sa vie entière, d’homme autant que d’écrivain, découle de cet instant miraculeux.

 

Karima a lu des extraits du livre de Tahar Ben Jelloun « La nuit sacrée »

Résumé :
Rappelez-vous ! J’ai été une enfant à l’identité trouble et vacillante. J’ai été une fille masquée par la volonté d’un père qui se sentait diminué, humilié parce qu’il n’avait pas eu de fils.
Comme vous le savez, j’ai été ce fils dont il rêvait. Le reste, certains d’entre vous le connaissent ; les autres en ont entendu des bribes ici i ou là. C eux qui se sont risqués à raconter la vie de cet enfant de sable et de vent ont eu quelques ennuis : certains ont été frappés d’amnésie ; d’autres ont failli perdre leur âme.
Mais comme ma vie n’est pas un conte, j’ai tenu à rétablir les faits et v vous livrer le secret gardé sous une pierre noire dans une maison aux murs hauts au fond d’une ruelle fermée par sept portes.

 

Mary a lu des extraits du livre de Trinh Xuan Thuan « Une nuit »

Résumé :
L’astrophysicien Trinh Xuan Thuan nous invite à un grand voyage scientifique dans la nuit et les étoiles tenant compte des dernières découvertes.
Un récit accessible, s’appuyant sur des photos scientifiques, doublé d’un livre d’émerveillement et d’engagement qui raconte la fragilité du monde, scandé de poèmes et de tableaux pour illustrer la beauté du cosmos.
Trinh Xuan Thuan nous emmène sur les îles Hawaï, dans l’océan Pacifique, pour une nuit d’observation dans l’un des endroits les plus prisés des astronomes, à 4 000 mètres d’altitude. On est à ses côtés quand il utilise le télescope spatial Hubble, large de 3 mètres de diamètre, qui orbite au-dessus de l’atmosphère terrestre.
On est à ses côtés quand il traque la lumière des étoiles pour comprendre les origines de l’Univers et les nôtres. On est à ses côtés quand il cherche les galaxies dites «naines bleues compactes», dont il est spécialiste, et leurs étoiles jeunes, chaudes et massives qui émettent de la lumière bleue. On est à ses côtés quand il sort du dôme pour plonger dans le noir de la nuit, regarder le ciel sans filtre, nous raconter les planètes, la Lune et le Soleil.

 

Nadine a lu le poème d’Anna de Noailles « À la nuit »

 

 

 

 

Aimée a lu le poème d’Alfred de Musset « La nuit de mai »

 

 

 

 

Françoise a lu son texte « La nuit de Provence »

 

 

 

Nadine a lu le poème de Victor Hugo « La nuit »

 

 

 

 

Aimée a lu « La nuit du ramoneur » de Roger Judenne, extrait de l’ouvrage « les contes de Noël en Beauce »

 

 

 

Françoise a lu un extrait de « Vol de nuit » d’Antoine de Saint-Exupéry

Résumé : Ainsi les trois avions postaux de la Patagonie, du Chili et du Paraguay revenaient du sud, de l’ouest et du nord vers Buenos Aires. On y attendait leur chargement pour donner le départ, vers minuit, à l’avion d’Europe.
Trois pilotes, chacun à l’arrière d’un capot lourd comme un chaland, perdus dans la nuit, méditaient leur vol, et, vers la ville immense, descendraient lentement de leur ciel d’orage ou de paix, comme d’étranges paysans descendent de leurs montagnes.
Rivière, responsable du réseau entier, se promenait de long en large sur le terrain d’atterrissage de Buenos Aires. Il demeurait silencieux car, jusqu’à l’arrivée des trois avions, cette journée, pour lui, restait redoutable…

 

Nadine a lu le poème d’Alfred de Musset « Balade à la lune »

 

 

 

 

Karima a lu le poème de Marceline Desbordes-Valmore : « À la nuit »

 

 

 

Françoise a lu le poème de René Char « Sur une nuit sans ornement« , du recueil « la parole en archipel »

 

 

 

« L’homme aura-t-il la sagesse de réfréner son désir insatiable de construire et d’illuminer pour que nos enfants puissent encore contempler le ciel ?  »

Trinh Xuan Thuan in  « Une nuit« 

Publicités
Cet article a été publié dans Lectures. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s